Pourquoi un collège … « Jean Jaurès » ?
Article mis en ligne le 27 avril 2015

par Webmaster

Jean Jaurès né à Castres dans le Tarn en 1859. Il n’est jamais venu à Villeurbanne. Le collège porte simplement le nom de la rue où il se trouve. Mais pourquoi une « rue Jean Jaurès » ?
En 1917, le conseil municipal villeurbannais veut honorer en lui l’homme qui s’est infatigablement battu pour défendre la paix jusqu’à le payer de sa vie puisqu’il fut assassiné à Paris le 31 juillet 1914, à la veille du premier conflit mondial. On peut aussi retenir que Jaurès fut un homme politique majeur de la III° République, député du Tarn, une figure incontournable du socialisme français et un orateur remarquable.
Mais quelle actualité conservent son action et ses idées un siècle après sa mort ? Quel intérêt peuvent-elles présenter pour les collégiens d’aujourd’hui ?
Tout d’abord, Jaurès est un « grand républicain », défenseur des libertés, notamment de la liberté d’expression, de la laïcité (il est un acteur important de la séparation des Eglises et de l’Etat en 1905). Jaurès met aussi au cœur de son combat politique l’idée de justice : justice pour défendre les droits fondamentaux de la personne humaine lorsqu’il s’engage en faveur du capitaine Dreyfus ; justice sociale lorsqu’il se bat pour améliorer la condition ouvrière et la transformation de la société.
Jaurès est un homme de courage et de conviction mais il a toujours rejeté la violence pour défendre ses idées. Il utilise la force de sa parole à la Chambre des députés et dans de multiples réunions publiques, la force de sa plume aussi dans les centaines d’articles qu’il rédige (fondateur de « l’Humanité », c’est un journaliste exigeant).
Ce brillant intellectuel à l’immense culture est un amoureux de la lecture et du savoir qu’il est soucieux de partager. Professeur agrégé de Philosophie, il est toute sa vie durant, un promoteur de l’école. En effet, il voit en elle la clé de l’épanouissement individuel des futurs citoyens et un outil essentiel de progrès social pouvant permettre de construire une société plus juste. Pour Jaurès, l’école doit aussi favoriser l’ouverture sur le monde, la découverte des autres civilisations, indispensables pour faire avancer l’Humanité.
Autant de valeurs que l’équipe du collège s’efforce d’incarner dans son projet d’établissement.

Catherine MOULIN
« Professeur d’histoire au lycée Brossolette et membre de la Société d’Etudes Jaurésiennes »