Visite du musée africain
Article mis en ligne le 13 mai 2012

par HistoireGeo
Le musée africain, Arts et Cultures d’Afrique

La plupart des objets présents dans le musée datent de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, époque où les expéditions des Européens dans l’Afrique colonisée par eux sont nombreuses. Les objets que l’on voit racontent donc plus le passé de ce continent, même si certaines traditions sont toujours actuelles, que l’Afrique d’aujourd’hui qui s’urbanise et peu à peu perd ses traditions anciennes. Les objets ont été regroupés ici par des missionnaires chrétiens. Les missionnaires étaient des religieux qui partaient en Afrique pour christianiser les Africains. Ce musée nous montre donc aussi quelque part le passé colonial de ce continent dont les pays vont petit à petit retrouver leur indépendance après 1945. C’est une élève de 6ème4, Charlotte, qui a pris des notes pendant la visite et rédigé l’article qui suit. Je l’en remercie. Si vous voulez visiter ce musée, ce que je vous conseille car on y apprend beaucoup de choses, il se trouve 150 cours Gambetta et sachez qu’il vous en coûtera 6 euros pour un adulte et 1,50 euro pour un enfant.

Mme Seznec, professeur d’histoire.

La vie quotidienne

En Afrique, un objet du quotidien peut exprimer un sentiment, un ordre social ou une croyance religieuse.
Certains objets du quotidien :
les Africains se servent beaucoup des calebasses (de la même famille que les courges) car elles sont gratuites et on peut en faire plein d’objets différents comme des ustensiles de cuisine, des sacs ou encore des instruments de musique.
Pour boire, ils se servent de grands vases en terre cuite appelé « canari ». La canari conserve l’eau relativement fraîche.
Les femmes qui ont passé une journée à se faire une jolie coiffure (attention elles travaillent aussi !) dorment la nuque posée sur un pose-tête.
Pour dormir les Africains déroulent des sortes de tapis qu’ils enroulent la journée.

La femme

Le rôle de la femme est très important en Afrique. Elle donne la vie et doit la préserver. Elle s’occupe aussi du foyer.

L’homme

Il doit nourrir sa famille en cultivant s’il le peut, en chassant et en pêchant. En cas de guerre il doit y participer.

Le travail des champs

En Afrique, on chasse avec des flèches empoisonnées. Avant de partir à la chasse, le sorcier prépare du poison. Tous les hommes vont tremper leurs flèches dans le poison avant de les mettre dans le carquois. Ils prennent avec eux une lance pour tuer les éléphants ou les lions. Le poison qui enduit les flèches sert à paralyser l’animal, on peut ensuite l’approcher pour le tuer sans crainte.

La pêche

Pour pêcher on utilise des harpons, eux aussi sont empoissonnés. Les Africains utilisent de gigantesques filets. Pour honorer les dieux de la pêche les Africains fabriquent de petits bâteaux et y mettent des offrandes.

La vie sociale

Les Africains ont longtemps pratiqué le troc. Mais peu à peu certains éléments rares sont devenus de la monnaie : sel, noix de cajou, or, perle, métal, étoffes … Le Ghana (appelé au XIXème siècle côte de l’or) était un pays où l’on trouvait énormément d’or.

La religion

Les Africains sont polythéistes avant la christianisation par les Européens, ils prient plusieurs dieux. Ils ont un dieu pour tout. Pour prier leurs dieux ils fabriquent des petites statuettes qui les représentent. A la fin des repas ils jetaient les restes sur la statuette pour lui rendre hommage. C’est pour cette raison que l’on voit encore des traces aujourd’hui sur les têtes de ces statuettes, elles ont été nettoyées mais il reste des traces de toutes ces offrandes. Lorsqu’un Africain a une demande importante à faire à un dieu il faut préparer des masques, des habits assortis. Seuls ceux qui sont considérés comme des surhommes ont le droit de porter des masques. Les statuettes ont souvent des gros yeux, c’st pour mieux communiquer avec les dieux.

La mort

Quand une femme mariée mourrait son mari faisait une statuette pour éviter que l’esprit de la femme l’empêche de se remarier. Quand un homme meurt il se passe la même chose. Quand un roi meurt une personne ayant appris toute la vie de ce roi par cœur la récite à tout le monde en portant un masque avec une moustache. Quand une personne dans un village est assassinée (geste bien sûr TRES grave), on réunit tous les villageois et l’un d’entre eux porte le masque de la vérité. Ce masque a une bouche articulée et les yeux fermés, il fait très peur. Celui qui porte ce masque est vêtu d’une tenue de paille. Il danse toute la nuit, le coupable prend peur et se dénonce. La punition de cet acte est la mort.