Le Malade imaginaire : la Face Nord au sommet et l’atelier théâtre aux anges !
Article mis en ligne le 23 janvier 2012
dernière modification le 18 janvier 2012

par Mme Hausberg

Le Malade imaginaire : la Face Nord au sommet et l’atelier théâtre aux anges !

Dans le cadre de l’Atelier théâtre, nous sommes allés voir la pièce Le Malade imaginaire d’après Molière et interprété par la compagnie de la Face Nord au théâtre de l’Iris.
La compagnie nous a présenté un véritable travail de mise en scène : Lumières, sons, textes, jeu d’acteurs, tout était au rendez-vous. Ajoutez à cela un cadre spatio-temporel futuriste et complètement loufoque, et vous obtenez une fantastique comédie !

Synopsis : Argan, un riche père de famille vit seul avec sa fille et sa servante, ne pouvant voir sa femme que par le biais d’un système de vidéoconférence. Celle-ci ne souhaite que la mort de son mari, tandis que lui se croit malade, par la faute d’un médecin abusif. Il veut d’ailleurs marier sa fille, Angélique, avec le fils du médecin afin de ne manquer de rien pour survivre quelques années de plus, car il se croit vraiment à l’article de la mort. La fille, de son côté, veut épouser Cléante, l’élu de son cœur qu’elle a rencontré peu de temps avant. La servante et l’oncle prennent le parti de la jeune fille, alors que la belle-mère souhaiterait l’envoyer dans un couvent dans le but de recevoir l’intégralité de l’héritage de son mari. Toinette, la servante, décide de débarrasser la famille du médecin charlatan : elle se fait passer pour un docteur des plus connus et traite l’arnaqueur d’incompétent, d’amateur, elle annonce à Argan qu’il est atteint au niveau des poumons avant de partir trouver d’autres maladies à soigner. Toinette revient et suggère au malade de se faire médecin lui-même afin de se préserver des maladies. Angélique pourra enfin se marier avec Cléante.

Nestor
Autour d’un homme qui se croit très malade se croisent des personnages comme le médecin charlatan, la servante rusée et dévouée, l’épouse cruelle et intéressée par la fortune de son époux. La mise en scène m’a vraiment plu. Le décor était très original et bien réussi.
Lina

La compagnie de la Face Nord a fait un énorme travail en modernisant cette célèbre pièce de Molière. Au centre de la scène se trouvait le fauteuil pivotant du « malade imaginaire » autour duquel les personnages tournaient. Au-dessus : un écran où apparaissait, en video, la belle-mère. Notons que la même comédienne jouait à la fois la fille Angélique sur scène et la belle-mère dans la vidéo projetée.
Les effets sons et lumières devaient donc être gérés avec un timing parfait, et la régie était sollicitée à chaque nouvelle entrée, car les personnages devaient passer par un sas de décontamination lumineux et bruyant.
Les costumes étaient très élaborés. Le personnage de Cléante (l’amoureux d’Angélique) avait les bras bloqués dans une sorte d’attelle et arrivait à un niveau de jeu énorme. De même, Angélique (la fille d’Argan) portait une minerve et son cou se coinçait et devait être débloqué régulièrement par Toinette (la servante). Le frère d’Argan était un squelette, animé par deux comédiens en noir, ce qui demandait un jeu de scène monstrueux. Seul le « malade » était figuré en très grande forme avec des muscles postiches sous son peignoir. En bref, ce spectacle a demandé un travail titanesque, et la Face Nord l’a fait !

Titouan
J’ai beaucoup aimé cette pièce car il y avait beaucoup d’humour, j’en ai pleuré de rire ! Cette adaptation était très originale.
Cloé

Cette pièce raconte l’histoire d’un homme qui croit toujours qu’il est malade alors qu’il ne l’est pas du tout. Nous avons beaucoup apprécié ce spectacle : la mise en scène était très réussie, les textes humoristiques, les costumes très bien réalisés et les effets surprenants (vidéo, machine à décontaminer, squelette animé). Quelquefois des comédiens jouaient plusieurs rôles et arrivaient à transformer leur voix.
Tous ces changements par rapport à la pièce de Molière ont rendu ce spectacle très drôle et original. Le travail a dû être énorme étant donné la qualité du résultat.

Sophie